A la découverte de l’école Perel, une école différente

Aujourd’hui, je vais vous parler d’une maman qui déchire !!! Avec sa volonté, son dynamisme et sa détermination, elle a réussi à aller au bout de ses rêves et créer SON école idéale.
Et je dois avouer qu’elle ressemble beaucoup à l’idée que je me fais de mon école idéale !

Mais, me direz-vous, pourquoi choisir ce sujet, alors que vous êtes plutôt habitués à voir des publications de photos ?

Parce je pense que nous tous, parents, nous posons une tonne de questions lorsque notre enfant rentre à l’école.

Va-t-il s’épanouir ? Va-t-il trouver sa place dans ce système ? Va-t-on réussir à gérer ce rythme, et va-t-on réussir à ne pas s’arracher les cheveux pendant les fameux devoirs scolaires ? Va-t-on avoir une place à la garderie le mercredi et les vacances ? Bref, des interrogations multiples et variées !

Personnellement, j’ai vécu toutes ces interrogations et je les vis encore. D’autant plus qu’une de mes jumelles est multidys et ne rentre pas dans les cases classiques.

Ainsi quand j’ai découvert l’école PEREL, j’ai eu envie de partager avec vous cette nouvelle approche des apprentissages prônée par Elodie.

Revenons au début de cette aventure : qui est donc cette Super Maman ?

Je vous présente Elodie Garcia, maman comblée de 3 miss, qui déborde d’énergie, de projets et d’envie.
Avant même de devenir maman, Elodie était très tournée vers l’écologie et avait une grande sensibilité pour les produits faits en France ainsi que le DIY.
En 2008, la naissance de ses jumelles (tiens, ça me parle bien 😉 puis de sa troisième en 2012, lui permet de découvrir et d’adhérer à l’éducation positive ainsi que la communication non violente.
Et comme pour toutes les familles, le temps de la première rentrée scolaire pour ses aînées arrive vite. Les premières années de maternelles se déroulent sereinement. Elodie est en congé Parental donc s’investit énormément dans la vie de l’école en rejoignant les parents d’élèves.
Elle mène alors ses premiers combats lors de la réforme sur les rythmes scolaires. Un collectif est fondé : le COPAIN
Et c’est au cours d’une table ronde avec Claire Lecomte ( chrono-biologiste réputée) qu’Elodie acquiert la conviction que l’apprentissage pour les enfants est plus propice s’il est étalé sur 5 matinées dans la semaine.
Ces combats épuisants avec son collectif pour mettre en place de manière efficace la semaine de 5 jours, proposer une garderie intelligente, proposer des menus de qualité… ne lui permettent pas d’obtenir les résultats souhaités. De plus, Elodie doit faire face au mal-être à l’école grandissant d’une de ses filles. Elle cherche alors en vain une école privée laïque qui corresponde à sa philosophie.
La rentrée 2015 en CE1 s’avère désastreuse et c’est là qu’à lieu LE déclic. Elodie décide de créer son école idéale. Forte du soutien de son mari et de l’aide d’une amie, elle définit son projet pédagogique. Elle trouve un local sur Bouc Bel Air après des multiples rebondissements. Elle réussit à s’entourer d’une équipe d’enseignants et d’intervenants de qualité, qui partagent tous sa vision d’un apprentissage dans la bienveillance. Et après un été de travaux, son école ouvre ses portes pour la rentrée 2016.

En quoi, l’école Perel est-elle différente ?

L’école Perel met l’enfant au centre mais tient également compte des parents qui représentent pour eux de vrais partenaires.
L’enfant évolue dans les apprentissages avec bienveillance :
– Son rythme est respecté car les apprentissages sont étalés sur 5 matinées (assez longues : 8h30-12h30) , car ce sont les moments les plus propices à la concentration.
– Son bien-être est préservé : Les enfants sont 16 par classe dans le respect de l’enfant (pas de punition)
– Ses apprentissages sont optimisés grâce à l’utilisation de pédagogie ludique (Montessori) et l’intervention d’une orthopédagogue. Les enfants présentant des troubles dys peuvent particulièrement s’épanouir dans ce type de pédagogie car toutes les adaptations nécessaires à leurs difficultés dont mises en place.
– Sa santé est une priorité : les repas sont exclusivement bio et cette démarche se retrouve jusque dans les couettes des lits de maternelle qui sont en coton bio.
– Son ouverture sur le monde est encouragée. Les enfants ont accès à de nombreuses activités différentes (couture, sport, art thérapie) et suivent 8 heures de cours par semaine en anglais. Ils sont également sensibilisés à la citoyenneté avec le tri des déchets par exemple.

Les problématiques des parents sont également prises en compte et tout est mis en place pour faciliter la vie familiale :
– L’école propose des horaires longs et flexibles (7h30 à 19h) du lundi au vendredi
– Un accueil périscolaire avec ateliers ludiques au choix des enfants
– Des activités sportives, artistiques et culturelles gérées par l’école en partenariat avec les associations.
– Les fournitures scolaires sont données par l’école et conservées dans les casiers : pas de cartable à porter ni à préparer pour le lendemain
– Aucun devoir à la maison afin de préserver le temps familial
– Accueil des enfants malades (si petite maladie) avec un coin dédié au repos

Cette école fourmille de projet pour l’avenir. Deux nouvelles classes (une en maternelle et une en primaire) vont ouvrir à la rentrée 2017 grâce aux nouveaux locaux qui ont été trouvés. Ces locaux sont spacieux et situés en pleine nature, toujours à Bouc Bel Air. Et, puisqu’Elodie a toujours de nouveaux projets en tête, le collège devrait ouvrir ses portes à la rentrée 2018 !

Si cette école vous a plu autant qu’à moi, n’hésitez pas à consulter le site internet: http://www.ecole-perel.com/

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *